Je n’ai aucun don particulier (hormis celui d’emm… le monde penserait un Viking énervé par mes élucubrations nouillesques d’un soir très tard…) MAIS j’ai des "aptitudes à…." comme tout le monde…
Pseudo désespérée de n’avoir pas été touchée par la grâce des bonnes fées, j’ai vite compris qu’on pouvait presque aussi bien s’en sortir en cumulant les « je m’en sors en…. cuisine, mamours, couture, tricot, repassage, cartonnage, jardinage, histoires du soir, orthographe, épilation, cocktails, conversation, pâte à sel, trousse de secours, fête d’anniversaire, confiture, compliments, cinéma, expos, boites à idées"…. liste non exhaustive évidemment…
Sauf que là encore, moi je m’emmêle les pinceaux…  suis pas très « cumul des mandats » en fait : par exemple, je ne sais pas faire 4h de repassage ET programmer un sèche linge… peler les fruits ET faire la confiture en suivant… tailler du tissu ET lancer la MAC, raconter une histoire ET ne pas rater le début du film… préparer les enfants ET être à l’heure… d’où un sentiment de frustration permanent qui va du « haaaaaan, j’ai oublié de m’épiler le sourcil droit  (parce que j’ai rusé pour mettre de la crème au Pirate», à « arrrrrgh, j’ai pris du pain mais j’ai zappé la pharmacie pourtant juste à côté !! (parce que j’étais mal garée)» au « j’ai encore oublié d’appeler la gynéco (parce que ça me gonfle ma méthode de contraception…), en passant par « j’ai pas terminé ma nouvelle (parce que ma chute n’est pas top) » ou « j’ai pas fini ma créa (suis plus très sûre de moi sur ce coup là…)»…  etc, etc.

Le constat est clair, je ne sais pas gérer tout de front. Ya toujours un truc qui coince, qui déconne, qui dérape…  suis la reine nouille du cafouillage…  je ne sais pas si c’est parce que j’engage tout en même temps mais je fais péricliter des situations plus vite que mon ombre… n’allez pas croire que je mets la barre trop haut : non, non, non… suis trop p’tite pour ça et je ne passe pas mon temps sur la pointe des pieds pour me rassurer (pas comme un certain Petit Nicolas qui se prend pour le roi du manège, rhum rhum)… mes objectifs sont à la portée de tous mais chez moi, ça marche pas… doit me manquer le chromosome du « je finis ce que j’ai commencé » bien que je donne l’air du jusqu’auboutisme dans certaines situations.

Toujours limite « border line » ; à la recherche permanente du « peut mieux faire », je jongle avec tout ce que je dois ou devrais faire ; sans trop de satisfaction... parce que bien souvent, je réussis « moyen » là où ça pourrait cartonner…

Et POURQUOI DONC s’interroge le curieux ?

PARCE QUE…. je suis une sale gamine…  là où des tas de gens s’escriment à nous montrer, expliquer, vanter et ressasser le B-A BA des choses, moi je veux n’en faire qu’à ma tête…  du coup, je mets trois plombes de plus à comprendre comment ça marche (vu que je ne lis pas la notice), rate une fois sur deux ma blanquette (vu que je ne suis pas la recette), ne sait pas faire un créneau (j’ai pas réessayé depuis le permis), loupe la jolie p’tite trousse à fermeture éclair (j’ai regardé le tuto  mais pas lu les explications…).
Forcément, en semant brouillon je récolte mon approximation… et ça me fait enrager, trépigner, arracher mes cheveux…

Qu’à cela ne tienne dirait le bien  pensant « coquillette, apprend à suivre les consignes et tu réussiras ! »…

Oui… mais non…  n’est pas sale gamine qui veut… une nouille, entièrement ronde d’égo, veut réussir TOUTE SEULE et sans filet… sans aucune aide logistique, conseil avisé, parole d’expert ou soutien des gens aimés…  le Grand Art du n’importe quoi en somme…

A se demander si l’envie de l’échec n’est pas plus importante que celle de réussir ! Cette propension au « je foire ce que j’entreprends » est malgré tout très commode pour jouer les Caliméro de service…  et avoir une piètre opinion de soi… pas très malin hein ?

Bon… partant de ce constat un poil consternant, il est important de réagir : il est temps que je mette mon pas dans le pas des « winneuses », des « réussisseuses », des « engageuses », des réconforteuses » et que je suive l’exemple… car au fond, mon problème principal est bien là… je n’aime pas « copier », je n’aime pas « faire pareil »… prétendant me « démarquer » en jouant les originales, je suis parvenue à l’effet inverse : piètre copie de moi-même, fadasse  voire éteinte , j’ai sapé mes aptitudes à force de trop ou de pas assez…

Je m’en vais donc à la recherche de mon talent caché… si un psy est dans la salle ; peut-il m’aiguiller (j’ai perdu ma carte routière…) ?

medium_carte