Les dernières recommandations pour le spectacle de l’école et le programme à décorer… les promesses aux meilleures amies, les échanges d’adresses, les baisers volés sous le porte manteau cachés sous le k-Way. Les retrouvailles après l’école dans le champ de blé à se courir après ou sur le terrain de sport à discuter… l’adieu aux instit’ et le p’tit cadeau choisi avec soin pour les remercier… les premiers mots doux, les glaces à l’eau et les tenues d’été (le short, les sandalettes et le tee shirt "indien" !)…

Les épreuves du brevet "même pas peur" et les bons résultats (que mamounette m'en crame avec sa cigarette !!)… la fête du cinéma, les kilomètres à vélo, les premières soirées vidéo… le béguin des copines (des histoires insensées !), les parties de foot des copains, les après midi piscine et les sauts du 5m… le gala de danse de fin d’année... Les dessins, l’écriture, le walk man, les répétitions de théâtre, les premiers baby sitting… la naissance d’une p’tite cousine…

Le temps qui n’en finit pas, les premiers blues, l’envie de tout envoyer balader… les profs qui font cours sur la pelouse… qui soutiennent jusqu’au moment des « faut y aller ! ». Les épreuves de français sans trop de mal et les mémorables oraux de maths et d’espagnol l’année d’après… la fête du bac… celle d’avant les épreuves et celle d’après… les coquelicots par brassées… les sorties à cheval… les "qu’est ce qu’on va devenir ?"... Les promesses à nouveau : « on se sépare pour mieux se retrouver … avec ou sans toi, je sais pas »… L’émincé de poulet à la russe  qui devient projectile pour rigoler, les trivial poursuit qui deviennent « pour cuites » (des garçons)…  mon premier chéquier… les soirées au Singe ou en « petits couples  de longue durée", avec menus thématiques : crêpes, paella, fondue…  les fous rires incontrôlés, le rouge à lèvre assortie à mes chaussures, les cheveux coupés… les interrogations sur l’Art et les sujets qu’on aborde « philosophiquement »(muhaha…). Les spectacles mis en scène à présenter…  le « tu vas où à la rentrée ? »… l’inscription à la fac de Tours et celle de Caen… (pour finalement réussir le concours à Poitiers)… la chemise Cardin piqué dans l’armoire de mon père… les séances « bronzette » d’avant la plage… les épilations foirées… les premiers CD… avoir 18 ans  et se demander ce qu’est la Liberté…

Les révisions des partiels, le speed, le stress, le doute… puis fêter la fin de promo : ceux qui s’en vont, ceux qui restent, ceux qui arrivent… les retrouvailles au café… le cinéma de quartier… les « à toujours et à jamais »… les p’tits restos pour fauchés… une 4L « cambriolée »… la fête de la musique endiablée… les emménagements/ déménagements et les cartons véhiculés à pied ! L’inscription en Bourgogne abandonnée (par amour), quelques année après l'inscription à Bordeaux (abandonnée aussi…devinez pourquoi...pffff). Les piques niques dans le Poitou… les virées du week end à la mer ou juste pour une soirée… le tournage aux Beaux Arts, les nuits de montage éprouvantes et les heures de rushes qu’on veut garder… des photos en Noir et Blanc et d’émouvants moments de pose. Les stages pas payés et trouver l’endroit où taper son mémoire… l’intense moment de la soutenance… les si touchantes lettres de recommandation des profs « pour après »… Des magrets de canards au feu de bois… avant nuit de feu tout court… Des discussions sans fin, des pâtes à 3h du matin… 3 séances de cinéma d’affilée… les p’tites robes dos nu… les premiers radio crochets… danse du rock à en avoir mal aux pieds… une nuit complète dans le Grand Parc…   mon adorable chapeau de paille… 50 « balles » donnés à un SDF le soir des résultats de la maîtrise… des élèves qui donnent leur première représentation, les délires radiophoniques des « dernières fois », les vacations au Futuroscope avant le job d’été.. . Les préservatifs à 1 franc… le maillot de bain « soleil » que mam’zelle porte actuellement… les règlements de compte, les « casse toi, » les « non, reviens finalement », les « pourquoi on a du mal à se quitter ? »… l’adieu définitif aux derniers jours du mois… Les fiestas en Anjou : douches froides, Côteaux du Layon et papillonnage…

Le « je m’en vais à paris » qui étonne, l’envie de rupture (de fond) et de travailler (vraiment)… croire qu’on va devenir  « jeune cadre dynamique » et foncer…  Paris aux premiers jours d’été… peau sucrée, œil de biche, talons hauts et petits pois… lever aux aurores, coucher tardif… week end éreintants… mais une nouvelle vie commence : une belle rencontre, LA VRAIE… c’est mon patron mais je me laisse grisée… mes nouveaux mois de JUIN commencent… et se renouvellent depuis 12 ans…