J'ai beau aller doucement ; en étant tout à fait honnête avec moi-même, je crois que j'ai perdu pied... des jours que je suis à la ramasse... souvent excédée par les enfants, débordée au boulot (moi qui me plaignais il y a qqs semaines de ne pas en avoir, tout d'un coup, tout devient urgentissime !), noyée dans les tâches quotidiennes sans en voir le bout.... la fatigue se fait ressentir dès le matin et je me couche frustrée de ne pas avoir pu faire la moitié de ce que j'avais programmé. Bien trop souvent, je me dis "et moi dans tout ça", sans avoir l'énergie (ou l'envie) de me reprendre en main... ces crises, cycliques, que je traverse depuis des années, sont aussi déstabilisantes pour moi que pour l'entourage qui doit faire avec mes humeurs chaotiques et mon côté muré dans le silence (je sais être une huître). Terrée dans mon bureau, lovée sur le canapé, recroquevillée dans mon lit, je mets beaucoup de temps à mettre en ordre mes idées qui restent trop longtemps sans voir le jour...  beaucoup de ce fourmillement (créatif ? artistique ? artisanal ? irraisonné ? ubuesque ?) reste dans l'ombre avant de tomber dans l'oubli... je regrette chez moi ce manque de "quelque chose" qui m'empêche d'agir pour MOI, qui me fait passer "à côté de...", qui altère une certaine forme de réussite sociale dont je crois être capable mais que je ne m'autorise plus. Par le passé, j'avais une audace, un culot, qui me permettaient d'avancer, en relevant des défis dont je ne me serai jamais cru capable. Et ça marchait plutôt bien... à présent, je suis paralysée devant une machine à coudre, un nouveau logiciel, une page blanche, les gens.... je ne sais plus frapper aux (bonnes) portes, je ne sais que trop rarement oser... je n'arrive plus à solliciter la petite aide précieuse qui pousse en avant, remonte l'ego et donne souvent des ailes... à forde d'être "discrète", je deviens distraite de moi-même et je me fais oublier (ou pire marcher sur les pieds !)... je ne compte plus occasions perdues, les rendez vous annulés et non reportés et les actes manqués. Pourtant "imposante" (physiquement) je ne sais pas trop m'imposer, alors que je préfèrerais nettement l'inverse évidemment...  et pourtant, au fond, je sais que tout cela ne me ressemble pas... et qu'un petit rien pourrait tout faire changer. J'attends (ou plutôt je cherche...) LE déclic qui fera sauter tous ces verrous qui m'emprisonnent dans un carcan que je me suis moi-même forgé. En attendant de Maman Coquillette je deviens :

Mais z'inquiétez pas les pépettes... je vais rebondir... j'ai les formes pour..... ;-p