... et tandis que la faim dans le monde fait des ravages, que les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches... tandis que enfants tombent sous les bombes et que les hommes continuent leur lutte pour la haine, des femmes pleurent...

Je constate ces derniers jours à quel point certains hommes (pas le mien je vous rassure !) peuvent être testostéronés de la plus hargneuse des manières... j'en fais les frais parce que j'ai la faiblesse de vouloir gérer et modérer des conflits imbéciles, nouille que je suis qui prône l'amour plutôt que la guerre.

J'aimerais pouvoir aimer tout le monde... je suis souvent déçue mais ça ne m'empêche pas d'espérer encore... et pourtant il est bien plus difficile de croire en l'homme plutôt qu'en Dieu... enfin, il me semble.

Et le doute m'envahit... dois je continuer un engagement associatif qui me cause plus d'ennuis que de satisfaction ? Plus d'effort que de réconfort ? Faut-il finalement ne penser qu'à soi ? Je trouverais cela si regrettable ! Et pourtant, je vous assure qu'en de nombreuses années associatives et après maintes et maintes péripéties, je suis à deux doigts de jeter l'éponge... presque honteusement d'ailleurs...

Quelquefois... c'est difficile de vouloir faire le bien... non ?